2 oct. 2010

Le livre numérique, une révolution déjà accomplie.

Les débats qui se multiplient sur l’avenir de l’édition face à l’essor du livre numérique ont tendance à se polariser sur des comparaisons simplistes entre des acteurs centenaires que sont les éditeurs, les libraires, les lecteurs et une nouvelle industrie poussée par des formes multinationales. D’où une question lancinante sur les destructions induites par la révolution numérique, le risque de nouveaux monopoles avec les censures inévitables qui en résulterait.

Un autre débat, plus technique se borne à comparer les facilités offertes par le Kindle d’Amazon, en le comparant à l’Ipod d’Apple ; egronomie, fonctions, prix, politique éditoriale. Et là, surgit un espoir fou, le livre électronique va-t-il sauver…la presse…l’édition ?

La limite de ces types de débat c’est qu’ils font toujours l’impasse sur l’environnement dans lequel se développe le livre numérique. Pourtant depuis cinq ans, nous connaissons une révolution en profondeur avec un processus de numérisation qui bouleverse l’économie et les métiers de la connaissance. Les industries du disque ont subi de plein fouet ce bouleversement et on annonce partout que le cinéma, l’édition et la librairie vont subir le même choc. Si on prend en compte le contexte du livre numérique, c’est une autre réalité qui s’impose : l’apparition d’un mastodonte incontournable, d’une « entreprise-monde » comme il y a eu au XVIIIe siècle des cités mondes. Google, par la puissance de son algorithme de recherche et la rapidité de ses services en réseau, se trouve de fait le seul partenaire essentiel du livre électronique. Google-Books n’est que la première étape d’une hégémonie qui ne va pas sans poser, dès aujourd’hui des problèmes fondamentaux. Entreprise privée exemplaire cultivant l’initiative individuelle, Google est aussi le premier partenaire de l’administration du pays le plus puissant du monde, les Etats-Unis.

Face à ce nouveau géant surgi de nulle part, entreprises et états hésitent entre la diabolisation outrancière et l’abdication sans conditions.

Pourtant le Web 2.0 offre des capacités d’interaction entre éditeurs, auteurs et lecteurs qui peuvent transformer l’acte de lire et celui d’éditer. Wikipedia n’est qu’un premier exemple de ce phénomène. Si le secteur public et les entreprises prenaient à bras le corps une politique d’innovations et d’expérimentations dans le domaine du livre numérique, nous aurions des éléments pour pactiser avec Google et créer un cercle vertueux où les lecteurs et les professionnels pourraient enfin s’immerger dans le monde numérique sans craindre de s’y noyer.

Aucun commentaire: