1 févr. 2012

Confidentialité et web ne font pas bon ménage

Dès 2008, je m’insurgeais contre Facebook et les risques d’exposition de la vie privée de chacun qui provoquèrent bien des déboires, refus d’embauche, licenciements, divorces, etc.
Une page facebook pouvant servir de preuve auprès des tribunaux. J’ai rappelé à ses adeptes à de nombreuses reprises l’importance de lire avec attention les conditions générales d’utilisation qui signalent que toutes les datas sont conservées par Facebook. La prochaine entrée en bourse et la valorisation de Facebook entre 75 et 100 milliards tiennent bien entendu non seulement du nombre d’utilisateurs mais aussi de la formidable base de données que cela représente et l’exploitation commerciale qui en sera faite.

C’est au tour de Google aujourd’hui de préoccuper les élus américains et quelques adeptes de la confidentialité dont je suis. L’harmonisation des règles de confidentialité à partir du 1er mars 2012, à des fins de simplification de l’ensemble des applications Google (gmail, google docs, picasa, google agenda…) donnera une vision générale de vos activités à Larry Page. Cette firme a désormais une vue d’ensemble de votre personnalité, votre profil, vos contacts, ce sur quoi vous travaillez et là où vous êtes et quand vous êtes absent de chez vous . Il y a là de quoi frémir. Google prétend que c’est pour cerner davantage l’utilisateur pour « mieux le servir ».

La polémique est ouverte et Google se défend mollement "Protéger la vie privée est une chose à laquelle nous pensons à chaque instant dans notre entreprise et nous sommes ouverts à toute discussion sur cette approche", a indiqué l'un des responsables de Google, Pablo Chavez, sur le blog du groupe.

Aucun commentaire: